Portrait_NLM01_Ambrosetti_Droz_2012

Nicolas Le Moigne

Designer industriel et responsable du Master of Advanced Studies in Design for Luxury and Craftsmanship à l’ECAL.

……………………….

Bonjour Nicolas Le Moigne, comment ça va ?

Très bien!

Peux-tu te présenter ?

Je partage mon temps entre mon activité de designer indépendant, où je travaille pour des marques suisses et internationales ou pour des galeries (objets en séries limitées), et en tant que responsable du Master of Advanced Studies in Design for Luxury and Craftsmanship à l’ECAL.

Parle-nous de ton vécu avec le design. Qu’est-ce-qui t’a guidé dans cette discipline ?

Le dessin m’a toujours plu et j’ai trouvé dans le design un aspect pragmatique qui m’a beaucoup séduit. J’ai ensuite rencontré les bonnes personnes au bon moment, ce qui m’a permis de me prouver que je pouvais trouver une voie dans ce domaine.

Peux-tu nous en dire plus sur ton implication à l’ECAL et la formation Master of Advanced Studies in Design for Luxury and Craftsmanship dont tu es le responsable ?

Depuis 2 ans j’ai en effet la responsabilité de ce Master d’une année dont le but est de proposer aux étudiants des collaborations avec des marques issues de l’univers du luxe. Les projets s’avérant être de véritables mandats, les étudiants sont donc confrontés à la réalité professionnelle tout en vivant des moments d’exception (visites des entreprises, des manufactures, voyages, et parfois dégustations)! Afin de pouvoir travailler pour les plus grandes Maisons, il est en effet très important de se plonger au coeur des marques et comprendre leurs codes. Depuis cette année nous avons également conclu un partenariat avec Vacheron Constantin. Cette nouvelle collaboration nous permet d’entrer dans l’univers de la Haute Horlogerie par le biais de projets, d’initiations aux métiers d’Art et à des visites très variées. Une expérience incroyable pour les étudiants!

A ton avis, le designer a-t-il le même rôle (en entreprise par exemple) aujourd’hui qu’il y a dix ou vingt ans en arrière ?

Les technologies ont énormément évolué et tout va beaucoup plus vite aujourd’hui, mais je ne pense pas que le rôle du designer a fondamentalement changé. Il doit être polyvalent et surtout créatif bien que beaucoup de choses ont tendance à s’uniformiser dans l’univers du design.

Et que penses-tu du marché actuel lié à ce domaine ?

Pour revenir sur le domaine du luxe, je trouve très intéressant de voir l’évolution de la définition du terme. Alors qu’il y a quelques années la préciosité des matériaux suffisait à rendre un objet luxueux, il est plutôt question actuellement d’artisanat et de savoir-faire. En rendant un jour visite à un menuisier, j’ai découvert une armoire sur laquelle était fixée une plaquette qui indiquait: “fait à la machine”. Cela était visiblement un gage de qualité pour l’époque, alors qu’on préconise plutôt l’inverse aujourd’hui.

Nous t’invitons à choisir un de tes projets et nous décrire le processus qui t’a mené de la conception à la réalisation de ce dernier.

J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser les modules en métal pour la jeune marque suisse Dadadum. Ce projet a été une véritable aventure avec un entrepreneur courageux qui m’a permis de développer un système modulaire, en jouant sur des détails techniques et industriels qui ont, au final, créé l’esthétique de l’objet. Tout cela a également été possible grâce à la collaboration avec une entreprise suisse spécialisée dans le travail du métal. La dynamique créée avec toutes ces personnes ont rendu ce projet captivant et nous sommes maintenant en train de développer des accessoires fonctionnels qui s’intègrent dans ces modules.

As-tu un matériau que tu préfères plus qu’un autre ?

Le fibro-ciment produit par Eternit (maintenant “SwissPearl by Eternit”) reste pour moi un de mes matériaux favoris. La matière, ultra-industrielle, est selon moi un contraste très intéressant avec la production manuelle de toutes les pièces.

Ton travail et ta façon de penser ont-ils été influencés par un designer ou un mouvement en particulier ?

J’ai un profond respect pour ceux qui sont parvenu à créer des objets intemporels. Réussir à dessiner un objet qui reste contemporain 50 ans plus tard reste un véritable challenge!

As-tu un conseil à donner aux étudiants et futurs designers ?

Saisissez les opportunités qui se présentent et sachez créer celles qui vous manquent!

Quel est le livre qui se trouve sur ta table de chevet ?

Aucun! Je suis plutôt du soir et travaille volontiers tard… jusqu’à épuisement et endormissement direct!

Je te laisse le mot de la fin…

Yallah!

……………………….

>   nicolaslemoigne.ch

Interview : Dennis Moya & Tiffany Baehler – 03.14

Photographies : Portrait, Slip stool – Galerie Libby Sellers, Alps Express – Dadadum,
Trash Cube – Eternit, PODIUM – HELMRINDERKNECHT contemporary design : ©Tonatiuh Ambrosetti & Daniela Droz.
Candélabre ©Gallery Francis Janssens van der Maelen.

Categories:
CH
Design
Industrial Design
Interviews

nicolas_le_moigne_candelabre_JVDM_2013

nicolas_le_moigne_candelabre_JVDM_2_2013

nicolas_le_moigne_AlpsExpress_2012.08

nicolas_le_moigne_AlpsExpress_2012.01 nicolas_le_moigne_AlpsExpress_2012.12nicolas_le_moigne_AlpsExpress_2012.03nicolas_le_moigne_AlpsExpress_2012.07 nicolas_le_moigne_TrashCube_composition02_Droz_Ambrosetti nicolas_le_moigne_TrashCube_composition03_Droz_Ambrosetti nicolas_le_moigne_TrashCube_perspective01_Droz_AmbrosettiHELMRINDERKNECHT_NicolasLeMoigne_PODIUMcomposition01 HELMRINDERKNECHT_NicolasLeMoigne_PODIUMlowtable01  HELMRINDERKNECHT_NicolasLeMoigne_PODIUMshelf01HELMRINDERKNECHT_NicolasLeMoigne_PODIUMoccasionaltable01