portrait Nhu Xuan_©JULIEN LIENARD

Il y a toujours quelque chose qui me fascine dans la photographie. Une certaine beauté de l’image que Nhu Xuan Hua nous transmet dans le détail de ses portraits. L’étude des corps, le modèle, l’apparence… Aujourd’hui installée à Londres, elle nous a fait le plaisir de répondre à notre interview…

…………………….

Hi Nhu Xuan, how are you ?
Hey guys, I’m good thank you! Lots of stuff coming up for 2013 so I’m starting the year full of positive energy!

Hello Dennis et Tiffany, je vais très bien merci, 2013 s’annonce riche en terme de projets donc j’entame cette nouvelle année avec énormément d’entrain.

Can you introduce yourself  ?
I’m 23 years old and from Paris. I’m now living in London to fulfil my dream and satisfy my thirst for creativity

J’ai 23 ans et suis originaire de la région parisienne. Je vis désormais à Londres où je cultive pleinement ma soif de création. 

Can you talk to us about your background in photography. When did you start ?
I started paying interest to the art of photography at school. Art as a whole always took an important part in the development of my work. I like most of the media and to mix them but photography is for me the best way to express myself. Before focusing on photography, I studied visual arts, then cinema which helped me to appreciate artistic outlets. I graduated from Lycee Auguste Renoir in 2011 and now focused on making my way as a photographer.

J’ai commencé à m’intéresser à la photographie au Lycée. L’art dans sa globalité a toujours eu une place très importante dans l’évolution de mon travail. J’aime la plupart des médiums, j’aime les mélanger entre eux mais c’est avant tout par la photographie que j’aime m’exprimer. J’ai étudié les arts plastiques, puis le cinéma qui m’ont beaucoup enrichi et je me suis finalement arrêté sur la photographie. J’ai été diplômée d’un BTS photographie au lycée Auguste Renoir à Paris en 2011 et je fais depuis mes premiers pas en tant que photographe.

What emotion or feeling are you trying to convey to the spectators ?
I’m still looking for the answer. I think that is what keeps you moving forward, because you never stop looking for answers to the emotions coming from your work. I often lose myself in my own emotions. I like the absence, the silence and to convey it through my pictures. In a way, that feeds me.

Je cherche encore moi même la réponse. Je pense que c’est aussi pour cela que l’on réussi à avancer, car on cherche inlassablement une réponse concernant ces émotions qui émanent de nos travaux. Moi même je m’enlise dans mes propres émotions. J’aime l’absence, le silence, il y a souvent un sentiment de perdition dans mes photos. Je pense que c’est aussi cela qui me nourrit.

Your work focuses on portrait photography, what’s your interest about this kind of photography ?
I like to spot the peculiarities in people, but not any kind, it does not have to be radical, but all those specificities have to blend in. Portraiture enables me to highlight those details, which make the subject of my photography special and singular. It goes from the shape of a face to a particular attitude or a mere physical detail. The same words often ring back to me throughout my work: softness, absence, fragility, ethereal and awkwardness. My photographic vocabulary is built around those terms.

J’aime l’étrangeté chez les individus, mais pas n’importe quelle étrangeté, je ne parle pas forcément de marginalité, c’est un tout. Le portrait me permet de souligner ces détails qui font de la personne que je photographie, un modèle singulier. Cela va de la forme d’un visage en passant par une attitude ou un simple détail physique. Souvent, à travers de mes travaux les mêmes mots reviennent ” la douceur, l’absence, la fragilité, l’épure, le malaise”, autour de ces termes se construit mon lexique photographique.

In the “rebirth” series you worked with paper. What was the idea behind it ?
This series deals with rebirth from paper. Organic materials inspire me and I like to link them with anatomy. Human body is fascinating and photography allows me to shape up and materialize my ideas. Paper lives and reborn again, it can take various appearances, various textures. The aim was to demonstrate that human utopia is achievable through photography. In that story, the woman dies and reborn again, she mutates, using paper as an envelope, a second skin that sometimes suffers transformations, cracks and regenerates to give birth to new beings.

Cette série traite le sujet de la renaissance par le papier. Les matières organiques m’inspirent et je me plaie à lier étroitement cela à l’anatomie. Le corps humains est fascinant, et la photographie  me permet de moduler et de matérialiser mes idées. Le papier est et renait, il se décline en plusieurs formes, plusieurs matières. J’ai voulu montrer que l’utopie humaine est possible à travers la photographie. Ici la femme meurt puis renait, se transforme, utilisant le papier comme une enveloppe, une seconde peau, qui tantôt subit des mutations, se déchire et se régénère pour laisser apparaître de nouveaux êtres.

Can you talk to us more about the “Elles” project ?
The Elles project covers the cult of beauty from feminine opinion. My liking for body metamorphosis revealed itself after a year working on this project for my degree. Female bodybuilding and the capacity to voluntarily transform ones body, setting yourself apart from the notion of ‘ ideal beauty’ kick-started my work. I then moved on my focus to another level, in order to showcase a wide range of singular beauties.

Le projet Elles est un projet qui traite du culte de l’apparence chez la femme en France. Mon goût pour la métamorphose du corps a pris son sens après ce travail d’un an que j’avais réalisé dans le cadre de mon diplôme. Ma curiosité s’était au départ focalisé sur le culturisme féminin, sur la capacité à modifier volontairement son corps, en contrebalançant l’idée de la « beauté idéale ». Puis j’ai développé le sujet à plusieurs niveaux pour montrer un panel de « beauté singulière »

Do you follow any kind of process in your work ?
Human body is an endless source of inspiration in my work. I want to show how much the body can be beautiful, whatever its appearances.

Je pense que la problématique du corps humain est assez récurrente dans mes projets. J’ai envie de montrer à quel point le corps peut être beau sous n’importe quel aspect.

What inspires and influences you ?
Music inspires me a lot. Artists such as Alberto Giacometti, Egon Schiele, Hans Bellmer, Frida Kalho, Lucian Freud, and the list goes on. But I like them for the way they tackle the theme of human body. Through their works, the body is dismembered, fragilized and objectified as simple organic material. My work draws its inspiration from all of this.

La musique beaucoup. Les artistes comme Alberto Giacometti, Egon Schiele, Hans Bellmer, Frida Kalho, Lucian Freud, la liste est longue mais j’aime ces artistes car il traite le corps humains comme personne. A travers leurs travaux, nous devenons des êtres démembrés, fragilisés et nous redevenons de simples matières organiques. Tout cela inspire beaucoup mon travail.

Which book is on your bedside table ?
Just kids de Patti Smith.

Some projects to come ?
Yes I’m working on some projects at the moment. I’m collaborating on one of them with the fashion designer Elodie Laurent with who I worked on my last shoot. Stay tuned…

Oui pas mal de projets sont en cours. Notamment avec la créatrice Elodie Laurent avec qui j’ai travaillé sur un de mes derniers shoots. Nous développons un projet ensemble mais je ne peux pas en dire plus.

The last word…
Ecoutez Wood de Bon Iver !

…………………….

>  nhuxuanhua.com

Interview : Dennis Moya & Tiffany Baehler – 01.13
//Portrait Nhu Xuan Hua ©Julien Lienard.
//Toutes les images appartiennent à ©Nhu Xuan Hua.

Categories:
Interviews
Photography

Nhu Xuan Hua

Nhuxuan_LIG_3

Nhuxuan_LIG_0 Nhuxuan_LIG_1 Nhuxuan_LIG_2 Nhuxuan_LIG_4 Nhuxuan_LIG_5 Nhuxuan_LIG_6Nhuxuan_LIG_11 Nhuxuan_LIG_12 tumblr_m93ysyKFcP1r4dxduo1_1280 tumblr_mew6wkanuz1r4dxduo1_1280   tumblr_m5gzn7qeqs1r4dxduo1_1280Nhuxuan_LIG_7Nhuxuan_LIG_9nhuxuan_portfolio_18 - copie