Nous avons l’honneur de vous présenter l’architecte et designer français Stéphane Parmentier. Après avoir débuté sa carrière dans le secteur de la mode (Lanvin, Karl Lagerfeld, direction p-à-p femme chez Givenchy ou encore direction artistique chez Montana), il décide début 2000 de se lancer dans l’architecture d’intérieur et le design. Aujourd’hui Interior & Design Editor pour le Printemps de la Maison, il a également lancé sa première collection de mobilier en 2011, en collaboration avec l’éditeur Ormond Editions.

Interview en collaboration avec l’édition 2012 des Design Days.

………………….

Bonjour Stéphane Parmentier, Comment allez-vous ?

Très bien. merci.

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 45 ans et je vis à Paris. Après un parcours dans la mode (Lanvin, Lagerfeld, Givenchy et ma propre marque), j’ai créé mon cabinet d’architecture d’intérieur et de design en 2002 et ai lancé ma première collection de mobilier en 2011 en partenariat avec l’éditeur Ormond Editions.

Où se trouve votre studio et qu’est-ce que vous aimez dans cet endroit ?

Il se trouve dans le 13ème à Paris et j’ai aimé sa directe proximité avec le loft dans lequel j’habite mais nous cherchons désormais un endroit plus spacieux.

Parlez-nous de votre vécu avec le design (et l’architecture). Qu’est ce qui vous a guidé à choisir cette direction ?

Ce que j’aime dans l’architecture d’intérieur c’est l’opportunité permanente d’imaginer un nouveau lieu de vie en jouant avec l’histoire de ce lieu et de ses habitants ainsi qu’avec les codes toujours en mouvement de la nouvelle époque qui s’annonce. Dans le design, c’est un peu la même chose mais vu de l’autre côté de la lunette télescopique avec une approche plus fonctionnelle et plus tactile.

Quelles sont vos influences et vos inspirations ?

Tout est source d’inspiration pour moi : par tous les canaux sensoriels et médiatique. Mais si je dois choisir une source qui m’habite depuis l’enfance et continue d’exercer sur moi une très forte emprise, c’est le monde de l’aviation : le mélange de modernité, d’hyper-fonctionnalité, de technologie au service d’une poésie futuriste.

Pouvez-vous nous parler de votre collection Altaïr, présente aux Design Days 2012 ? 

J’avais déjà lancé des collections d’objets (notamment pour Tools Galerie à Paris, en 2005) mais cette fois-ci, j’ai voulu exprimer mon univers de façon plus étoffée par une ligne de mobilier à la fois technique, sensuelle et faisant la part belle à des matières naturelles telles que le bois, le marbre, la lave et l’argent. J’aime les formes pleines assez épurées et graphiques.
.

Qu’est-ce qui est excitant dans le design aujourd’hui ?

D’une part, l’extraordinaire richesse des matériaux et des techniques à disposition du designer. J’aime le côté artisanal et en même temps, j’aime le dialogue qui s’est renforcé ces dernières années entre l’art et le design au travers d’une approche plus conceptuelle de l’objet.

Avez-vous un matériau que vous préférez plus qu’un autre ?

À un instant donné, souvent, dans le sens où je vais me plonger dans l’exploration d’un matériau comme la lave, le cuir, le marbre etc… Mais absolument pas dans la durée. Je suis sensible à une multitude de matière : de la plus ancestrale à la plus technologique, de la plus rugueuse à la plus douce, de la plus noble à la plus simple.

De nouveaux projets sont à paraître prochainement ?

Je travaille à l’ouverture de nouvelles boutiques pour Christofle suite à celle de New York (notamment Los Angeles et chez Harrods à Londres). Pour cette même maison, je prépare une ligne de luminaires et de meubles en haute orfèvrerie. Pour le Printemps, dont je suis Interior & Design Editor, je collabore avec les équipes en place pour donner un nouvel élan au secteur de la maison. Je travaille sur d’autres projets mais qui sont confidentiels pour l’instant et ne sortiront pas avant 2013 voire 2014.

Quel conseil donneriez-vous à la nouvelle génération de designers ?

Soyez à la fois à la pointe de la technologie et plongez vous aussi dans l’histoire du design et de l’art mais cultivez avant tout votre propre style.

Je vous laisse le mot de la fin….

Comment allez-vous?

………………….

>  stephaneparmentier.com

>  ormond-editions.com

Portrait de Stéphane Parmentier – © Derek Hudson.
Collection Altaïr & Collection Polaris – © Luxproduction.
Interview : Dennis Moya – août/septembre 2012