Encre, passion et tatouage… Entrepreneur dès la fin de sa formation en design graphique, le lausannois  Marc Mussler cofondera en 2009 le magazine Diary16. Délaissant peu à peu le graphisme, il est aujourd’hui dévoué au tatouage et à l’illustration. Il a accepté de répondre à nos questions et j’ai donc le plaisir de vous présenter ses travaux…

………………………..

Hello Marc, comment vas-tu?
Des projets plein la tête et les mains… et tout va bien.

Peux-tu te présenter? Dis-nous en un peu plus à ton sujet.
Je suis originaire de Lausanne, où j’ai toujours vécu. En 2005, j’ai entamé une formation de graphiste à l’Ecal, dont j’ai été diplômé en 2009. En 2009, j’ai fondé avec Xavier Michellod le collectif de graphisme 16 Pounds, avec lequel nous avons créé le magazine Diary16. Je travaillais à cette époque exclusivement en tant qu’illustrateur. En 2010, suite à de nombreuses rencontres, j’ai commencé le tatouage, qui est désormais mon métier.

Cela fait combien de temps que le tatouage est encré  en toi? Qu’est-ce qui t’a amené à pratiquer cette discipline?
Je me suis fait tatouer pour la première fois à l’âge de 21 ans. C’est à partir de ce moment, que je me suis intéressé plus particulièrement au tatouage. J’ai délaissé peu à peu le graphisme, pour me concentrer sur  le dessin. Au fil de mes recherches, j’ai très rapidement été fasciné par des tatoueurs tels que Jondix ou Thomas Hooper. En 2009, j’ai la chance d’habiter au-dessus du studio de Filip Leu, studio où j’ai pu passer de nombreuses heures à regarder Filip et Rinzing tatouer. Fin 2010, j’ai commencé à tatouer en privé et depuis début 2012 au studio Sacred Yantra chez Rinzing.

Quelles sont tes influences et tes inspirations?
Le tatouage bien évidemment, partant du old-school en passant par le plus contemporain. Je suis fasciné par la géométrie, tout particulièrement par la géométrie sacrée. Je suis également très sensible aux thèmes tels que l’alchimie, l’ésotérisme, la nature, la science, la vie, la mort… J’aime chercher sans cesse de nouvelles inspirations.

Tu as créé un visuel pour la collection PRISM (collection ALKEMY). Le fait de travailler sur un support textile permet-il d’avoir une démarche créative différente?
Totalement différente. Le travail sur textile se rapproche plus d’une illustration sur papier, bien qu’il faille prendre en compte les mouvements du tissu, une fois les habits portés. Alors que  dans le tattoo, il faut concevoir avec le corps, ses formes et ses mouvements, réfléchir comment une pièce va réagir avec le temps. Le style reste le même que dans le tattoo, je ne dirais pas que la création  sur textile m’offre plus de liberté que sur un corps, mais c’est en dehors des facteurs techniques bien sûr .

Comment décris-tu ton style?
Je ne suis pas vraiment à l’aise avec le fait de décrire mon style. Je parlerais plutôt d’inspirations multiples que de style en particulier. Une touche « old school » dans les compositions, beaucoup de géométrie, des points…

Que signifie le tatouage pour toi?
C’est tout d’abord ma passion et mon métier. Le tatouage est un moyen de marquer des périodes de notre vie. Me faire tatouer me permet aussi de mieux comprendre mon métier. Il m’a, entre autres, offert l’opportunité de rencontrer de nombreux tattoo-artists incroyables et de porter leurs traces.

Penses-tu renouveler un jour un projet d’édition comme le magazine Diary16?
Le magazine Diary16 a été une très bonne expérience, mais cela nous a demandé énormément d’implication et d’énergie. Je n’aurai pas vraiment le temps, ni l’envie de gérer des projets d’une telle envergure. Je préfère me consacrer exclusivement au tatouage et à l’illustration maintenant et laisser de côté le graphisme et la direction de projets.

As-tu des projets à venir?
Je continue ma collaboration avec la marque PRISM pour la collection 2012, HELVETIA. Différentes collaborations et expositions sont à venir, mais je me concentre surtout sur le tattoo.

Le mot de la fin…
GET INKED!!

Merci !

………………………..

>  mmtattoo.tumblr.com

/ Interview : Dennis Moya – Mai 2012 // Toutes les images et illustrations appartiennent à Marc Mussler.

Categories:
CH
Illustration
Interviews
Tattoo