Voici la seconde interview / l’intervieweur tatoué par l’interviewé / d’Ulrich Choffat. Il nous ouvre les portes du tatoueur suisse Johann Morel…

…………………

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Johann Morel, j’habite à La Chaux-de-Fonds et j’ai 26 ans. Tatoueur depuis 2 ans entre le studio Phoenix à Neuchâtel et Steel Workshop à Morat.

Quel est ton parcours ?
J’ai commencé à m’intéresser à ça quand je me suis fait tatouer pour la première fois quand j’avais 19-20 ans chez Ethno Tattoo à Lausanne par Pote Seyler. Et, c’est à partir de ce moment-là où j’ai commencé à dessiner de l’old school traditionnel américain. Au début, j’ai cru que c’était impossible. Dans ma ville, il y avait 2-3 tatoueurs qui ne faisaient pas d’excellents boulots et je me suis dit qu’il y avait des mecs comme ça qui pouvaient en vivre. J’ai essayé de trouver quelque chose dont je sois heureux de faire. J’ai donc présenté un book de dessins toujours dans le milieu old school et skate. Des milieux qui m’ont beaucoup influencé (10 ans de skate), ainsi que la musique hardcore. J’ai effectué mon apprentissage chez Phoenix avec Sandy. J’ai beaucoup observé et étudié sa manière de procéder. Une année plus tard j’ai été engagé en tant que tatoueur.

Quel sont tes influences et tes inspirations ?
Bonne question ! (rire). Les tatoueurs qui m’ont tatoués comme Chris Dettmer(Ger), Miss Arianna(It), Stefan Johansson(USA) et d’autres m’ont énormément influencé… mais maintenant je remarque qu’il faudrait éviter d’être influencé par des tatoueurs contemporains parce qu’ils ont vraiment leurs styles, ils ont pris des années pour le développer et il faut respecter cela. Et quand je vois un tattoo super beau d’eux, j’essaie de regarder le moins possible (rire) pour trouver de l’inspiration plus authentique, c’est-à-dire dans les bouquins avec des images bizarres à l’ancienne et beaucoup de flashs (tattoos sur papier) anciens comme Coleman ou Sailor Jerry qui sont en quelque sorte la source du tatouage traditionnel.

Comment décris-tu ton style ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir un style spécifique, j’essaie de respecter certaines règles pour que les tatouages soient solides avec des grosses lignes, ombrages bien noir, couleurs, etc… donc essayer de respecter ses proportions. J’essaie de faire de l’old school mais je ne pense pas qu’on puisse dire que je fasse du pur old school mais plutôt du néo-trad ou en quelque sorte rendre hommage au mieux même si ce n’est pas toujours le cas (rire).

Je te laisse le mot de la fin…
Merci pour l’interview et faites-vous tatouer !!! (rire)

………………

> Johann Morel.ch

/ Interview réalisée par Ulrich Choffat. Janvier 2012
/ Photo : © Ulrich Choffat.

Categories:
Art
Interviews
Tattoo