…………….

Hello Hélène, comment vas-tu ?
Ça va plutôt bien. Ravie de répondre à ma première interview. C’est drôle!

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Hélène, j’ai 24 ans. Je suis graphiste illustratrice freelance depuis un an. En réalité, je me suis laissée ce temps après mes études pour dessiner le plus possible, affirmer mon style et faire des choses qui me plaisent. C’est assez égoïste, ça ne plait pas à tout le monde, mais j’en avais besoin. Je ne voulais pas avoir de regrets.

Qu’est-ce qui t’a amené vers le design graphique et l’illustration ?
Réponse assez banale, mais je dessine depuis toujours, enfin après avoir joué au foot avec mes frères et les voisins, c’est le moyen que j’ai trouvé pour ne pas m’ennuyer. Je n’ai jamais été une grande bavarde donc l’illustration reste encore aujourd’hui une forme de communication. J’ai toujours eu le mot “graphiste” en tête et je ne l’ai pas lâché. Quand j’étais beaucoup plus jeune, je voulais être designer pour basket. Je décalquais les chaussures dans les magazines et j’ajoutais des motifs différents. Je redessinais les logos des marques à la main aussi. J’apposais le logo Reebok à coté de la fleur Adidas sur le même tee-shirt, tout un concept déjà!!

Ce que j’ai apprécié quand j’ai découvert ton travail c’est le contenu de tes visuels, tes illustrations sont très chargées. Comment procèdes-tu lors de la conception d’un visuel ?
La plupart du temps je ne réfléchis pas beaucoup quand je dessine. Mon cerveau est en veille, mon inconscient s’agite. J’ai bien sûr plus de réflexes qu’avant dans ma façon de dessiner, mais les idées viennent spontanément. Je ne calcule rien avant. J’ai l’idée de remplir une forme, c’est tout. Donc oui, un beau bordel en somme. Des thématiques reviennent assez souvent comme la nourriture et le corps par exemple. Une illustration reste bien sur figée sur la feuille mais j’aime que ce soit vivant, palpable. Du moment que personne n’analyse mes dessins, tout va bien!

Quelles sont tes influences, tes inspirations ?
Je suis une grande consommatrice d’images! Internet est assez pratique pour ça, mais j’essaie de prendre le meilleur. Il y a des artistes que j’admire, comme Mc Bess, Aryz, Jeff Soto, sans oublier J-M Basquiat. Je suis aussi passionnée de street art. Je collabore encore aujourd’hui avec le magazine Graffiti art. Et autre banalité, je suis une grande consommatrice de bonne musique. En ce moment j’écoute le dernier album des Black Keys, El Camino. Terrible!

Hummel X Haribo… Peux-tu nous en dire un peu plus ? Parle nous de l’illustration que tu as réalisée pour cette gourmande collaboration.
Un concours lancé par Hummel et Shoes Up magazine. Un concours fait pour moi!! J’adore les baskets et je suis gourmande.. Je n’avais pas beaucoup de temps pour faire cette illustration, donc j’ai été à l’essentiel, des bonbons, des bonbons et des bonbons. J’étais un peu étonnée de le gagner. Très bonne surprise. Ça m’a apporté une visibilité sur mon travail. J’ai eu de bons retours donc bon pour le moral. Et je remercie encore Hummel et particulièrement l’équipe de Shoes Up magazine pour ça, des gens bien.

Qu’est ce qui te passionne ?
Les gens. J’observe beaucoup.

Graphisme, direction artistique, illustration… Comment vois-tu l’avenir ?
La concurrence est rude dans le graphisme et on ne fait pas ce métier pour être riche. De l’argent je n’en ai jamais eu, donc ça ne manque pas. J’aimerai travailler dans une agence de communication pour élargir mon champ d’action. Le freelance c’est difficile et très incertain. Heureusement que j’ai des amis formidables! Mais l’illustration reste une passion et je n’arrêterai jamais de dessiner. Mon problème c’est que je crois au destin. Je n’ai pas de rêves irréalisables, mais des petits objectifs “cool”. J’ai rencontré des gens que j’admirais, j’ai travaillée là où je voulais travailler. Dans mon cercle d’amis proches, on a tous un parcours artistique : photographie, graphisme, audiovisuel, cinéma, théâtre. Donc on sait que c’est une branche de métiers très difficile. Il faut persévérer. Le talent ne suffit pas forcément. Mais dans tous les cas, je ne démordrai pas!

Des projets à venir ?
Prendre de l’assurance…! Sinon des expositions à Lille pour l’instant, notamment avec mon acolyte Le Karibou aux Fesses Sales, une source d’inspiration pour moi, il est bourré de talent! Travailler avec lui, c’est motivant. Et d’autres collaborations avec des illustrateurs que je croise sur le net. J’ai travaillé avec la marque Vantis aussi cette année, j’ai dessiné un visuel pour un parapluie de “très bonne qualité”, j’insiste là dessus. Il sera commercialisé en début d’année 2012.

Je te laisse le mot de la fin….
Ira Chernova, Would you marry me? :)

…………….

Encore merci Hélène !

> Son portfolio

> Sa page Facebook

> Son blog

Propos recueillis par Dennis Moya.
Interview réalisée par mail début décembre 2011.

Categories:
Illustration
Interviews